Jozef Adamík : 12.7. 2016 à 16h à Bytča – cérémonie du dévoilement de la plaque commémorative retrouvée

Le mardi 12 juillet 2016 à 16h, à Bytča (région de Žilina en Slovaquie), au numéro 747 rue Rázusova, sur la maison natale de Jozef Adamík, sera à nouveau apposée la plaque commémorative rappelant l’un des volontaires slovaques de la Compagnie Nazdar de la Légion étrangère de l’armée française, Mort pour la France il y a 100 ans (20.7.1885 – 5.7.1916).

BYTCA_Odhalenie_dosky_Adamikovi_12.7.16

Il s’agit de la plaque commémorative « historique », datant de 1930, déjà apposée sur sa maison natale, à Bytča, le 6 juillet 1930. Elle fut « confiée » alors à M. Mičura, Maire de Bytča et député, par l’Association des légionnaires slovaques.

Deux régimes totalitaires suivirent. La plaque disparut ainsi qu’une partie de la mémoire des légionnaires participants à la Grande Guerre en France et à la création de la Tchéco-Slovaquie/Tchécoslovaquie.  Elle vient d’être retrouvée dans la maison natale de Jozef Adamík par Messieurs Anton Školek et Juraj Hajdúch de l’association Initiative civique (Občianska iniciatíva), deux passionnés de l’histoire locale. A cela s’ajoute le sentiment citoyen de la famille Pradeniak, propriétaire actuelle de la maison, qui en devient désormais la gardienne. Lire l’article en slovaque.

A travers cette cérémonie, grâce à l’association Initiative civique (Občianska iniciatíva), la ville de Bytča, la Slovaquie, l’Association des légionnaires  tchécoslovaques (ČSoL) et les représentants des relations franco-slovaques rendront hommage à Jozef Adamík et à d’autres volontaires slovaques morts sur le champ d’honneur en France, pour la France et pour leur liberté, lors de la Première guerre mondiale. La cérémonie célébrera l’amitié  entre les peuples slovaque et français fondée sur une histoire commune.

Cette cérémonie de commémoration proposera aux habitants de Bytča ainsi qu’à tous les participants un très beau spectacle. La garde d’honneur de l’Armée slovaque sera présente avec son trompettiste et fera entendre le son de « la retraite du soir ». Les membres de l’Association des légionnaires  tchécoslovaques (ČSoL) de Břeclav se rendront à la cérémonie en uniforme d’époque de la Compagnie Nazdar.

La Radio Slovaquie Internationale communique également sur l’événement. Lire.

Jozef Adamík, membre du R.M.L.E. est mort le 5 juillet 1916 à Chaulnes, près de Belloy-en-Santerre, dans la Somme :

5 juillet 1916 : à 3 heures du matin, la première contre-attaque allemande se déclenche, violente. Elle réussit à démolir une des mitrailleuses du régiment et permet à l’ennemi de pénétrer à l’est du village. Les Allemands arrivent à reprendre une partie du village mais ils sont délogés rapidement. Les assaillants sont bientôt taillés en pièces ou mis en fuite par une attaque à la baïonnette par un groupe rallié par le lieutenant Carrero qui charge à sa tête. Une mitrailleuse installée par le sergent Pantin est anéantie.

  • Vers quatre heures trente du matin, une nouvelle contre-attaque est littéralement fauchée à 50 mètres des lignes par le feu des mitrailleuses des légionnaires. Cette contre-attaque ne se serait pas produite si l’artillerie avait continué ses tirs.

  • L’artillerie ennemie bombarde sans relâche toute la position occupée et l’infanterie allemande effectue de nombreuses contre-attaques sur la corne sud-est du village. Le régiment à de lourdes pertes, mais conserve la position.

  • Le régiment reste sur la position conquise qu’il organise toute la journée et une partie de la nuit, au contact immédiat de l’ennemi qui s’organise dans les champs de blé et les hautes herbes qui s’étendent en avant des lisières sud et ouest de Belloy en Santerre et dans le boyau du chancelier.

  • L’attitude du régiment, au cours de ces attaques, a été exemplaire. Après avoir marché à l’assaut avec un entrain irrésistible, les légionnaires, sous le feu de l’ennemi, ont brisé toutes les contre-attaques avec une fermeté inébranlable. Les blessés, dont certains horriblement atteints, et qui ont défilés pendant toute l’action, ont fait preuve d’une totale abnégation. Pas une seule plainte, mais le regret de ne pouvoir continuer la lutte.

  • La relève du R.M.L.E. est faite le soir par le 4e Tirailleurs.

  • Les pertes de la journée, en tenant les positions conquises, sont : deux officiers tués, les capitaines Marolf et Rouan ; trois officiers blessés, les sous-lieutenants Malhot (mortellement blessé), Pasqualaggi et Seta ; 37 sous-officiers et légionnaires tués, 96 blessés et 15 disparus.

    Lire HISTOIRE : il y a cent ans, le R.M.L.E. et les combats de Belloy-en Santerre du 4 au 9 juillet 1916

Publicités